Le monde de Juju

15 mai 2006

Un peu d'amour, Papier velours...


12h57. Je rentre mollement de ma demi-journée de boulot au cours de laquelle j'ai vainement essayé de me réveiller. Mission Impossible. A en faire pâlir Tom. Clé. Serrure. Boîte aux lettres. Tiens, pour la beauté de la chose, imaginons que j'ai une de ces boîtes aux lettres américaines situées à 500m de ma porte d'entrée, avec pour ouverture un pont-levis métallique. Le ptit bidule (si quelqu'un en connaît le nom, merci de m'écrire) est levé : j'ai du courrier.

Facture, pub Pizza Hut, lettre de la banque, pub Auchan... Tiens, un mot! Pas de ces lettres amoureusement léchées et coiffées d'un timbre Boule et Bill. Juste un petit papier plié. Hum Hum. Un voisin mécontent?...

Me servant des dépliants publicitaires pour caler mes paupières en position "lecture", j'ouvre délicatement le petit morceau blanc. Et je lis. Je vous ai croisée plus tôt. J'aimerais vous connaître. Stupéfaction. Je regarde bêtement autour de moi (peut-être ont-ils inventé la téléportation cette nuit, sait-on jamais). Rien de tel pour attiser ma curiosité.

Arrivée chez moi, je jette nonchalamment mon courrier sur ma table basse, et je m'asseois (ou plutôt je m'affale, mais j'aime vous faire croire que j'ai un minimum de classe). Je regarde fixement le carré blanc. Cupidon aurait-il daigné lâcher son Babyliss spécial boucles pour déposer de ses doigts potelés ce petit mot chez moi? Le doute se fait doux.

Serait-il possible que le simple fait de m'avoir croisée puisse éveiller en Prince des désirs inavouables (non, pas le fabriquant de biscuit se baladant en collants, mais Prince Charmant) ? Rapide coup d'oeil dans le miroir. J'en doute. Affalée dans mon salon, les cheveux en bataille et le regard terne, Prince me paraît bien peu exigeant. Ma foi tant mieux, voilà peut-être toute sa modernité.

D'hypothèses en suppositions, je me transforme (telle madame Mim) en Juliette. Non, pas celle de William. Celle d'Hugo. A la pension des Mimosas. Cette Juliette là à qui il n'osera jamais avouer son amour brûlant, ravageur et absolument inconditionnel. Quoique, je n'ai pas dû voir la dernière saison. Peu importe. Prince se fait secret, tendre et innocent, ami fidèle dont on ne soupçonne les sentiments. Hélas peu probable.

Puis je deviens Mary. Cette belle blonde inaccessible dont tous les hommes sont fou amoureux et désirent le coeur à tout prix... Encore faudrait-il que je me pare d'un chien moche et toxicomane, ainsi que d'une voisine ressemblant à Lara Flynn Boyle en vieille. Prince se fait pervers, obsessionnel et acnéique. J'ai peur.

Je bondis et deviens Duchesse. Féline, aguicheuse et cajoleuse, je dompte le regard des plus rebels. La finesse de mes gestes séduit les caractères les plus forts, mon roucoulement grâcieux enivre et soumet. Prince se fait fier, indépendant et sort ses griffes. Fuyons.

Retombant sur mes pattes, je me fais Belle. Bien indigne est celui qui me convoite, inavouable est son dessein. Son regard est dur d'amour et violent de passion. Prince se fait laid, agressif et frustré. J'esquive.

Ma silhouette se coule et se fond en Carrie. Indépendante, active, épanouie et entourée, je suis celle que l'on n'ose approcher, comme ces fleurs qu'on respecte trop pour les cueillir. Mister Big me regarde, me juge, m'aime et me craint. Se craint. Prince se fait distant, froid et inavoué. Je soupire.

Fixer le petit mot ne me mènera à rien. J'ai bien mieux à faire. La journée s'écoule et le sablier recouvre doucement le bout de papier que je plie en 8 dans un coin de ma tête. La nuit est douce, je suis Scarlett dans les bras de Rhett, oubliée et magnifique.

Le lendemain, de nouveau face à ma boîte aux lettres (attention visualisation : boîte américaine, pont-levis, petit bidule levé), j'entends une voix grave et éraillée me héler. Diantre, Prince est drôlement plus testostéronisé que je le supposais. Je me retourne et fais face à un jeune homme malingre, aux cheveux longs et gras, parfumé à la Bud, aux bras tatoués et aux joues piquantes. Je regrette ma boîte aux lettres. Prince est-il si différent de ce que j'avais imaginé? Ne devrait-il pas apparaître dans un flot d'étincelles et sous une lumière savamment tamisée (mais que fait le personnel technique?!) ? Un petit oui? se coince dans ma gorge.

Avec un sourire forcé il me demande si cette boîte est bien la mienne. Un second oui s'accroche à mes cordes vocales. Et le voilà qui s'excuse de s'être trompé de boîte, il pense m'avoir remis un mot qui ne m'était pas destiné. Un mot? Quel mot? Ah ce mot? Oh, je l'avais à peine lu.. Il disait quoi déjà? Ah oui. Je savais qu'il n'était pas pour moi voyons. Et je ris jaune (ce qui est plutôt bien assorti aux dents de feu Prince). Il s'en va lentement en faisant traîner ses pas dans le couloir (je rêve ou il est en chaussons?!).

Ainsi ça n'était pas encore Prince. Tant mieux, il restera alors ce bel étalon d'une perfection unique à laquelle je pense chaque seconde, comme si elle était déjà mienne. J'aurais dû m'en douter. Prince n'est pas de ceux qui écrivent un mot; il aurait été là, m'aurait regardé et j'aurais su. Il aurait souri d'une façon éblouissante et terrible qui n'aurait laissé au doute aucune chance. Je grimpe les escaliers quatre à quatre, riant de ma propre naïveté et tombe nez à nez avec mon voisin du deuxième. Tiens, je ne le connaissais pas. Je lui souris et continue timidement mon chemin. Je pose mon courrier sur la table basse, déchire un coin vierge d'une page de mon Télé 7 jours et prends un stylo. Je vous ai croisé plus tôt. J'aimerais vous connaître...

13 Comments:

Anonymous Romain said...

Tu es douée Julie.

07:15  
Blogger Juju said...

Tout commentaire posté avant 10 heures du matin ne peut être pris au sérieux. Héhé. Merci Romain!

11:04  
Anonymous romain said...

Tu es douée Julie.

12:21  
Blogger Juju said...

Désolée mais entre 12h et 14h ça ne marche pas non plus, c'est l'heure du déjeuner.

13:21  
Anonymous The by next door (du deuxième) said...

Ah ! C'était donc toi le billet doux dans ma boîte !...

13:34  
Anonymous The boy next door (du deuxième) said...

Oui ben... Je voulais signer :

13:35  
Blogger Juju said...

:-D me voilà donc grillée. Je me cache.

14:06  
Anonymous anouchka said...

tu es dans ma tete ou quoi?
j'ai l'impression de lire mes pensees quand je te lis
merci d'avoir ouvert ton blog

et au fait, tu es douée (il est 14h19, a ces horaires la meme la poste est ouverte, donc obligation d'accepter mes compliments...)

14:22  
Blogger Juju said...

anouchka! tu passes dans le camp ennemi!!! bon je te pardonne, mais c'est bien parce que c'est toi! Bisous et merci de tes visites!!

16:42  
Anonymous anouchka said...

de rien pour les visites
tu es un petit bonheur a lire
tu ecris comem j'aimerais pouvoir le faire, avec une plume legere et c'est le bonheur d'etre ta lectrice!

(non, non, ce n'est pas de la vile flatterie, je te jure que je le pense !!)

22:28  
Blogger Juju said...

Bon mécreants, maintenant que je suis devenue Maitre du Monde, estimez vous heureux si je daigne vous accorder assez d'attention pour vous repondre hahaha (je fais mal le rire satanique désolée!)

:-x

22:43  
Anonymous Eric said...

Pfiou...

Il est 00h10, tout est fermé, je suis donc en dehors des heures légales pour laisser un compliment !

J'ai cru que tu avais rencontré le prince charmant et ce billet fut plus riche en suspence que le dernier épisode de Nip/Tuck (va t'il trembler en lui enlevant au bistouri sa tumeur si pres de la jugulaire ?)
Dieu merci le monde est statistiquement plus rempli de gens qui boivent de la Bud et se trimballent en chausson dans les couloirs que de ptits princes aux dents éclatantes.
Julie, me fait pas flipper si tard le soir, j'ai le coeur sensible !

Tchussssssssss

00:20  
Blogger Juju said...

Je vois que certains tests se sont avérés concluants :-D

08:11  

Enregistrer un commentaire

<< Home