Le monde de Juju

01 mai 2006

Réveiller l'essence

De nombreuses tablettes cunéiformes nous montrent que l'usage et le commerce du parfum étaient connus dès les Sumériens. Tous les peuples antiques en ont fait une grosse consommation, notamment les Egyptiens. Même s'il a eu aussi un usage profane, il était surtout utilisé lors de pratiques religieuses (offrandes aux dieux, embaumement des corps). Les techniques de production étaient rudimentaires, et le resteront jusqu'à la fin du Moyen Age : les produits étaient broyés, pilés, bouillis, imprégnés de matières grasses, et on utilisait surtout des écorces, des résines, des racines ou des matières animales servant de fixateurs. La vedette était alors l'encens, produit d'abord à Oman et qui a largement contribué à la création des royaumes d'Arabie.

A la Renaissance, le parfum acquiert ses lettres de noblesse en Occident. On l'utilise notamment pour parfumer les vêtements, en particulier les gants, le métier de parfumeur étant alors associé à celui de gantier. La ville de Grasse devient la capitale du parfum, on y met au point de nouvelles techniques permettant de mieux recueillir l'essence des fleurs fragiles. Au 18eme siècle, on parfume tout, depuis le corps jusqu'aux vêtements et divers accessoires, notamment les cuirs. Mais il faudra attendre encore un siècle pour voir apparaître le vaporisateur.

Aujourd'hui, le parfum est utilisé quotidiennement et nous définit socialement et personnellement. Le parfum véhicule avant tout un état d'esprit. De la mutine essence d'Anaïs Anaïs de Cacharel à l'emprise fatale de JPG, de la sensualité envoûtante de Lolita Lempicka à la légèreté volatile de Flower de Kenzo, le parfum définit notre humeur.

Le packaging est également très étudié, car il ne faut pas négliger l'aspect commercial de la vente des parfums. Bien sûr de grands créateurs ont créé les silhouettes des contenants de leurs essences (Dior, Armani, Kenzo, JPG...) et on fait parfois appel à de grands dessinateurs (Lalique pour Chanel n°5 par exemple).

L'idéal est encore de savoir varier les parfums comme on varie les plaisirs, accoutumer les sens pour mieux les surprendre, et sans aucun doute laisser sa trace... olfactive.

2 Comments:

Anonymous anouchka said...

mon tit parfum chouchou c'est le "babydoll" de dior !
mais j'en ai bcp, qui ne se finissent jamais, parce que j'adore l'odeur, mais ne me parfume pas tt le temps

mais a chaque jour et occasion son parfum, cela definit bien mon etat d'esprit

23:39  
Blogger Juju said...

oui je fonctionne de la même manière, j'ai une dizaine de parfums, et je tourne en general entre trois ou quatre selon l'humeur et le temps aussi (j'evite les parfums lourds quand il fait chaud). Et comme je me parfume chaque jour j'evite d'utiliser des produits d'hygiene tres parfumés : le shampooing fraise avec le gel douche pomme et le deo peche, je conseille pas trop.... lol

Mais je connais pas babydoll, j'irai le sentir en magazin, qui sait, voilà peut etre un 11eme...

10:27  

Enregistrer un commentaire

<< Home